News

Vient de paraître

Jean-Paul Tribout, connu pour son rôle dans l’ancienne série française « Les Brigades du Tigre », ressuscite à Berne dans le cadre de La Nouvelle Scène une pièce de théâtre oubliée: « Vient de paraître », sur les coulisses du monde de l’édition.

Les frimas de l’automne sont aussi le signe d’une autre saison : celle des prix littéraires dont certains sont remis dans la période juste avant Noël, une stratégie commerciale qui rapporte bien plus qu’une publication en milieu d’été, d’autant qu’elle facilite certainement la vie de bien des personnes empruntées au moment de l’achat des cadeaux de fin d’année. Et lorsque l’on évoque les plus prestigieux d’entre eux, le Prix Goncourt, le Renaudot ou encore le Femina, décernés par un jury autre qu’un public de lecteurs, il y a toujours pour le profane quelques soupçons de magouilles dans leur attribution. Avec Vient de paraître, le metteur en scène et comédien Jean-Paul Tribout a posé son choix sur cette pièce afin de rendre hommage à Edouard Bourdet, un auteur dramatique à succès de l’entre-deux-guerres et qui a notamment écrit Le sexe faible ou encore Fric-Frac, deux autres pièces qui ont également été adaptées au cinéma. « C’est une satire du monde de l’édition et de l’attribution des prix littéraires qui a traversé les âges jusqu’à nos jours, tout en restant d’actualité. Depuis longtemps, l'écriture d'Edouard Bourdet m'attirait » avoue Jean-Paul Tribout. « J'ai eu envie de traiter une forme différente, une écriture plus ‘’aquarellée’’ que le vaudeville, toute en demi-teinte et surtout faisant la part belle aux comédiens. Vient de paraître est une comédie de salon, un genre auquel je ne me suis jamais confronté. C'est aussi une comédie de mœurs dans laquelle les répliques font mouche. La pièce échappe au boulevard par la qualité de l'écriture de son auteur. Pour la mise en scène, il ne s’agit ni de faire une reconstitution servile du théâtre des années trente, ni d’imposer une modernité plaquée, mais de trouver une manière d’allier la jubilation théâtrale à la qualité du propos en respectant la pensée d’Edouard Bourdet». Quant au texte de la pièce, en qualité de metteur en scène, Jean-Paul Tribout aimerait souligner « les contradictions humaines, les petites luttes de pouvoir, les jeux de séductions, mais surtout, à travers les personnages de trois écrivains, une réflexion fort pertinente sur la création ». A noter également que les décors et accessoires sont l’œuvre d’Amélie Tribout. Alors, le théâtre chez les Tribout, une histoire de famille ?

« Vient de paraître ». Dimanche 19 novembre 2017, à 18h00. Stadttheater de Berne (programme de La Nouvelle Scène). Distribution : Jean-Paul BORDES (Maréchal), Eric HERSON-MARCAREL (Marc), Caroline MAILLARD (Jacqueline), Laurent RICHARD (Olibet et Félix), Xavier SIMONIN (Brégaillon et Henri), Jean-Marie SIRGUE (Bourgine) et Jean-Paul TRIBOUT (Moscat). Infos : www.konzerttheaterbern.ch/spielplan/nouvelle-scene/

Nicolas Steinmann